vendredi 12 juin 2009

Des vacances bien méritées!!!

Voilà, je suis en vacances à partir d'aujourd'hui après 91 jours et nuits passés, hors de chez moi en déplacements, soit le 1/3 du temps d'une année scolaire...
Une année scolaire d'interventions en demi-teintes, avec beaucoup de très grands moments de bonheur (Decazeville, Sarcelles, Bois d'Arcy, Fontenay, Mérignac, Lille, Saint-Michel sur Orge, Chatou, Maöminide à Boulogne et plein d'autres) mais aussi, pour la toute première fois, plusieurs mésaventures, et une nette dégradation des qualités d'accueil dans certains collèges qui est venue polluer et remettre en cause le bien-fondé de ces déplacements.
Je pars en vacances.
Je serai de retour à la mi-juillet.
Je ferai alors le point et déciderai si j'arrête ou si je continue mes rencontres dans les classes.
Mais si je décidais de poursuivre, je me livrerai à un examen extrêmement minutieux des demandes.
J'avais pourtant pris le soin d'inscrire ici clairement, en toutes lettres, les conditions qui me semblent minimales pour accueillir un auteur, pensant que toutes personnes désireuses de m'inviter en prendrait connaissance. Cela n'a pas été le cas. Certaines personnes les ont même complètement ignorées. Je me suis promis que jamais plus je n'accepterai de me retrouver dans de telles situations.
A toutes fins utiles, je rappelle que je ne suis qu'un auteur, pas un clown, pas une comédienne, pas une danseuse de claquettes, juste un auteur dont le métier consiste à écrire des livres pour les enfants. Venir leur en parler aux enfants n'est pas une obligation mais un plaisir auquel je me livre volontiers pour tous ceux qui ont envie de rencontrer l'auteur que je suis, de parler de mes livres, des questions qu'ils soulèvent, de mon travail, de ma passion pour l'écriture. C'est en cela que consiste une rencontre avec un auteur. Et à rien d'autre. Si les enfants et les enseignants ont envie de faire des choses à partir de mes livres, des travaux d'écriture, d'art plastique, tant mieux, mais ce n'est pas pour moi qu'ils le font. Je me suis rendu-compte que certains jeunes enseignants me confondaient avec leur inspectrice, s'attendant à ce que je leur donne une bonne ou mauvaise note en fonction de la prestation de leurs élèves et étaient déçus de ne pas me voir applaudir à tout rompre aux numéros des enfants tout en trouvant normal de me loger dans des conditions pitoyables. D'autres encore, et cela très récemment, se sont offusqués que je demande de voyager en 1ère au delà de 3 heures de route, afin de pouvoir travailler au calme, brancher mon ordinateur et optimiser ainsi les heures de trajet, ce précieux temps perdu pour l'écriture.
D'où ma lassitude et mon amertume.
En vous souhaitant un bel été